Montauban en commun 2020 : présentation de la démarche

Montauban en commun 2020 : présentation de la démarche

Pour nombre de citoyen-ne-s, les élu-e-s ne respectent pas assez leurs engagements de campagne et captent le pouvoir le plus souvent à leur profit ou celui de leur formation politique, assez rarement pour servir l’intérêt général . De surcroît, seule une toute petite minorité se préoccupe d’associer vraiment la population à ses décisions. Dès lors… à quoi bon voter ?

Depuis plusieurs décennies maintenant, l’opposition droite-gauche dans les politiques menées n’existe guère que dans les discours et assez peu dans les actes. Une privatisation de service public par la « droite » ou par la « gauche » reste une privatisation qui enrichit des actionnaires et appauvrit le bien commun. Si voter, c’est choisir entre du libéralisme gris et du libéralisme noir, alors, pour les citoyen-ne-s qui ne veulent ni de l’un ni de l’autre, tant que le vote blanc n’est pas pris en compte… à quoi bon voter ?

Cette bipolarisation artificielle du paysage politique, ré-activée avant chaque nouvelle élection, est soigneusement entretenue par les médias dominants aux mains de quelques milliardaires. Elle alimente l’abstentionnisme grandissant et favorise ainsi des politicien-ne-s de métier (accroché-e-s à leur mandat comme des moules à leur rocher?)

Montauban n’échappe pas à cette logique.

Pendant 18 ans, avec ses équipes municipales, Brigitte Barèges s’est appliquée à brader au privé les services collectifs des Montalbanais-es : ramassage des ordures, distribution de l’eau, piscine, stationnement en ville…
La première magistrate a, durant ses mandats successifs et d’une main de fer, muselé toute forme d’expression démocratique. Au Conseil municipal, la parole de l’opposition est réduite à la portion congrue quand elle n’est pas privée de micro, pour ne pas parler de l’expulsion manu militari d’un journaliste ! Quant à organiser la consultation des citoyens sur les grands projets de la ville (l’avenir de la Maison du Peuple par exemple) ou de l’agglomération… même pas en rêve !
Brigitte Barèges se présente pour un quatrième mandat et compte bien poursuivre en toute impunité sa gestion autoritaire (ou jupitérienne?) de la ville !

Par ailleurs, L’ Alternative pour Montauban, patchwork d’organisations politiques qui se pensent « de gauche », propose un renouveau démocratique pour les Montalbanais-es. Il est question de participation et d’implication des citoyens. Il est tout de même permis de se demander quel poids auront les citoyens non encartés dans ce cartel des gauches, au moment des arbitrages programmatiques et de l’organisation de la liste.

Quant à Montauban en Commun 2020, c’est un collectif de citoyen-ne-s, encarté-e-s ou non, mais en accord avec son « Appel aux citoyens en vue des élections municipales de 2020 ». L’ ambition du collectif, c’est de confier les clés de la ville à ses habitants.

Pour Montauban en Commun 2020, une commune devrait être co-gérée par ses habitants, ses agents municipaux et ses représentants élus.
Vous pensez que ce n’est pas possible ? Venez constater par vous-même qu’il y a d’autres solutions que de confier les clés de la ville à des politicien-ne-s !

Le mercredi 27 novembre à 20H, au Fort (5 rue du Fort), la démarche sera présentée au cours d’une Assemblée Citoyenne. On y parlera écologie, démocratie directe, constitution locale, RIC local, révocation des élus, contrôle de la gouvernance, transparence des dépenses publiques…


Venez avec vos idées !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu




Nous gardons vos données privées et ne les partageons avec aucune tierce partie. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.





[give_form id=”333″]

Fermer le panneau